icon_attach icon_calendar icon_campaign icon_close icon_doc icon_document icon_eat icon_files icon_group icon_hiking icon_hour icon_image icon_label icon_loadingicon_lodgingicon_main-click icon_nature icon_skiicon_smileys icon_speaker icon_sport icon_train icon_video icon_warning arrow flag sun thunder rain night actualite_1 roll boussole inscription Map
Historique
L'historique du chemin de fer Montreux-Oberland Bernois !

De la belle époque à l’innovation actuelle !

La grande aventure ferroviaire du MOB débute en 1901 avec l’ouverture d’un premier tronçon entre Montreux et Zweisimmen. En 1905, les 63 kilomètres du parcours entier sont désormais accessibles et le nouveau tronçon jusqu’à la Lenk s’achève en 1912. 

Première ligne électrifiée de cette importance, cet authentique premier chaînon de l’actuel Golden Pass Line qui relie Montreux à Lucerne en passant par Interlaken, nécessite alors tout le génie créateur des constructeurs de l’époque qui marquera l’histoire et le succès du MOB. 

Dès son ouverture, le rayonnement de cette ligne dépasse rapidement les frontières de la Suisse et attire bon nombre de touristes, notamment anglo-saxons. La qualité du matériel roulant et le grand confort des passagers y contribuent pour beaucoup.  

Dès 1931, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits ainsi que des grands express européens décident de circuler quotidiennement sur cette ligne de grande qualité. Fin 1933, ces voitures sont malheureusement retirées du service régulier suite à la crise économique mondiale. Mais l’appui financier des pouvoirs publics et de l’armée permettront de grandes rénovations de tracé ainsi que l’acquisition de matériel roulant plus léger après la Deuxième Guerre mondiale. Aussi, la nouvelle loi fédérale sur les chemins de fer de 1957 permettra à la compagnie de recevoir 12 millions de francs pour des améliorations techniques. 

C’est alors ainsi que jusqu’en 1973, le MOB acquiert 4 automotrices articulées, 15 voitures et modernise ses infrastructures. Un nouveau programme de 6,5 millions de francs conduira à poursuivre ce développement avec deux automotrices supplémentaires et une nouvelle sous-station à Rougemont. 

Finalement, c’est un investissement de 9 millions sur les fonds propres de la compagnie elle-même qui permettra de compléter le programme de travaux. Acquisition de matériel, mise en service d’anciennes voitures Belle Epoque, amélioration de la signalisation, rénovation de bâtiments et construction d’une voiture panoramique sont autant d’améliorations qui ont contribué à faire aujourd’hui le succès de notre compagnie et qui réjouissent nos clients tous les jours.

3